ACCUEIL     |       SCENE      |       TEXTE      |         FILM   

    TRADUCTION PUBLIEE

 

IVAN VIRIPAEV

Juste de l'art / Entertainment

traduction Ludmila Kastler, Gilles Morel



Extrait du texte



L'action de la pièce se déroule dans la salle d'un théâtre. Au milieu des fauteuils.

LUI. – Eh ben tu vois, cette femme sur la scène, elle fait seulement semblant de l'aimer. Et lui, il prétend être marié à une autre et ne pas pouvoir tromper sa femme. C'est de l'art.

ELLE. – Ça veut dire qu'en fait elle ne l'aime pas ?

LUI. – Qui ?

ELLE. – Eh ben, cette femme sur la scène, qui vient juste de lui avouer qu'elle l'aime.

LUI. – Eh ben non, vois-tu, c'est du théâtre. Là tout de suite cette femme n'est pas elle-même. Là tout de suite elle interprète le rôle d'une autre femme qui aime un autre homme, pas celui-ci, pas le vrai comédien, mais un homme qui prétend être marié et ne veut pas tromper sa femme. C'est juste de l'art.

ELLE. – Ça signifie, qu'en fait il n'a pas de femme ?

LUI. – En fait, je ne sais pas si cet homme a une femme ou pas. Mais peu importe, parce que là tout de suite, il ne représente pas lui-même, il interprète un rôle. C'est juste de l'art.

ELLE. – Mais il est capable d'aimer ?

LUI. – Qui ?

ELLE. – Cet homme.

LUI. – Le vrai homme ou l'homme-personnage ?

ELLE. – Parce que là tout de suite ils sont deux ?

LUI. – Qui ?

ELLE. – Les hommes ?

LUI. – Là tout de suite il y a un homme sur scène. Mais il figure un autre homme, qui aime sa femme et qui ne veut pas la tromper avec cette femme figurant qu'elle l'aime.

ELLE. – Qui ?

LUI. – Cet homme.

ELLE. – Qui ne représente pas lui-même ?

LUI. – Oui.

ELLE. – Et l'amour ?

LUI. – Quoi ?

ELLE. – L'amour non plus ne représente pas lui-même.

LUI. – Quand ?

ELLE. – Là tout de suite.

LUI. – Là tout de suite, non. Juste de l'art.

ELLE. – Tu veux dire que là tout de suite il n'y a pas d'amour ?

LUI. – Entre qui et qui ?

ELLE. – Entre cet homme et cette femme.

LUI. – Entre l'homme et la femme qui sont là tout de suite sur scène, non.

ELLE. – Ça signifie qu'ils ne s'aiment pas ?

LUI. – Pas en vrai, non. Juste de l'art.

ELLE. – Tu veux dire que dans l'art il n'y a pas d'amour ?

LUI. – Ça dépend de qui pour qui ?

ELLE. – Eh ben, par exemple, de cette femme pour cet homme.

LUI. – De cette femme réelle pour cet homme réel, non. Mais l'héroïne de la pièce que cette femme figure, en a. Mais ce n'est pas du vrai amour. C'est juste de l'art.

ELLE. – Et comment tu sais que dans la vie réelle cette femme n'a pas d'amour pour cet homme ?

LUI. – Je ne le sais pas.

ELLE. – Mais tu viens de dire que non.

LUI. – Écoute...

Pause.

LUI. – Écoute...

ELLE. – Comment tu sais qu'au moment, même, où cette comédienne figure l'autre femme, et déclare à ce comédien, figurant l'autre homme, son amour, à ce moment même, du vrai amour ne surgit pas en elle ?

LUI. – Écoute...

ELLE. – T'as bien compris ma question ?

Pause.

LUI. – Je ne sais pas.

ELLE. – Tu ne sais pas si tu as compris ma question ou tu ne sais pas si c'est du vrai amour qui a surgi dans cette femme ?

LUI. – Deuxième.

ELLE. – Du coup tu ne sais pas ?

LUI. – Personne ne le sait. Parce que ça n'a pas d'importance. Parce que c'est juste de l'art.

ELLE. – Mais il me semble que tu n'as tout de même pas compris ma question.

LUI. – Ah bon ? Alors répète-la moi encore une fois.

ELLE. – Ma question est la suivante, quand on figure l'amour, est-ce qu'au moment de cet acte de figuration de l'amour, surgit à ce même moment, du vrai amour, c'est à dire, je voulais demander, faut-t-il pour bien figurer l'amour, aimer pour de vrai ?

Pause.

LUI. – Je pense que non.

ELLE. – Mais quand je regarde cette femme, la façon qu'elle a de figurer l'amour, je la crois.

LUI. – Parce que c'est de l'art.

ELLE. – Je crois qu'elle l'aime effectivement.

LUI. – Parce qu'elle le figure bien.

ELLE. – Mais elle ne l'aime pas ?

LUI. – Qui ?

ELLE. – Cet homme.

LUI. – L'homme réel ou le personnage ?

ELLE. – Mais il est tout seul là.

LUI. – Non, là, il est deux.

ELLE. – Arrête, il est seul là.

LUI. – Physiquement, il est seul là. Mais psychiquement, il est deux là. L'un est l'acteur réel et l'autre le personnage que l'acteur figure, en nous montrant que ce personnage aime beaucoup sa femme, et ne veut pas la tromper.

ELLE. – Tromper avec qui ?

LUI. – Avec cette femme.

ELLE. – Avec laquelle ?

LUI. – Avec celle qui lui a avoué son amour.

ELLE. – Mais pas avec celle figurant la femme qui lui a avoué son amour ?

LUI. – Non, pas avec celle-là.

ELLE. – Comment tu sais que c'est pas avec celle-là ?

LUI. – Parce que, celle-là ne fait que figurer la femme qui l'aime, et c'est pourquoi il n'est pas du tout possible qu'il trompe sa femme avec elle, surtout que cet homme là tout de suite ne fait que figurer qu'il aime sa femme et qu'il ne veut pas la tromper.

ELLE. – Avec qui ?

LUI. – Avec personne.

Pause.

ELLE. – Mais quand il figure qu'il aime sa femme, éprouve-t-il la moindre petite goutte d'amour véritable ?

LUI. – Pour qui ?

ELLE. – Ben, pour sa femme.

LUI. – Qui ?

ELLE. – Ben, cet homme.

LUI. – L'homme-acteur ou l'homme-personnage ?

ELLE. – Oh Seigneur ! J'oublie tout le temps qu'ils sont deux là.

LUI. – Factuellement, il est seul là, mais nous ferons mieux de compter qu'il est deux là, pour ne pas nous embrouiller.

ELLE. – Ben, je sais pas, je sais pas ! A mon avis, voir un seul, et penser qu'il est deux ça nous embrouille encore plus.

LUI. – Mais, c'est juste de l'art !

ELLE. – Bien. Alors, puis-je répéter encore une fois ma question, quand cet homme figure qu'il aime sa femme, y a-t-il en lui ne serait-ce qu'un petit peu d'amour véritable ?

LUI. – Pour qui ?

[...]

henschel Titulaire des droits :
henschel SCHAUSPIEL Theaterverlag Berlin GmbH
Agent de l'auteur pour l'espace francophone :
Gilles MOREL |
 

viripaev-tome2

(OEUVRES CHOISIES tome 2)
sortie en librairie 03 juin 2021




Personnages

ELLE
LUI



Nul ne peut servir deux maîtres. Car ou il haïra l'un, et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir et Dieu et l'Argent.
Évangile de Matthieu 6:24

Toutes les choses, les phénomènes et les énergies de cet univers n'ont qu'une unique cause. La cause de toutes ces choses est la Source qui les crée. Et cette Source est seule unique. Elle est Unique. Et cette Unique chose c'est l'amour.
Khazran Hat Atawi, soufi arabe du XIIIe siècle.



viripaev

Ivan Viripaev, janvier 2020
© Sergey Bobylev / TASS
















 

     IVAN VIRIPAEV / TEXTES en traduction française




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes francophones saisons 2020/21/22




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes francophones saisons précédentes




 

     IVAN VIRIPAEV / SPECTACLES sur les scènes dans le monde




 

     IVAN VIRIPAEV / FILMS sur les écrans




 


le theatre russe par Gilles Morel depuis 2006 - tous droits reserves